mercredi 2 janvier 2013

Sans attaches (Rorcha, 2010)

Rorcha, 2010. Composée par Gaëtan Patti et Jean-Marc Ernes. Texte de Jean-Marc Ernes.

Le détachement ! Ne devoir dépendre de personne sur tous les plans. La liberté par dessus tout. C'est ce que cet "hymne" exprime à travers le portrait d'un vagabond. Un texte hyper positif avec le petit bémol qui se doit à la fin pour équilibrer. Ce titre est le premier "single" de Rorcha. Il figure sur le premier disque du groupe et aura même droit à un clip ci-dessous. Le clip, une nouvelle étape pour moi... Ce clip dépasse les 5000 vues à ce jour... sur la chaîne du réalisateur car à l'époque, Rorcha n'avait pas encore créé sa propre chaîne.



Je ne peux croire que nos destinées sont programmées
Tous les jours moi j'invente mon avenir pas à pas ce qui va m'arriver
J'avance sans réfléchir
Je ne m'attache à rien
Ma vie est à ce prix
Je suis nomade aujourd'hui je suis ici et demain
Je serais loin bien trop loin

L'horizon devant moi s'ouvre comme une voie
Vivre libre sans contraintes sans attaches
Je préfère le combat que de mourir dans tes bras
Je m'enivre et sans crainte de ce qui demain m'arrivera

Voyageur solitaire je ne m'attache à personne
J'ai peur des sédentaires qui sont ternes vie banale en qui rien ne résonne
Pour avoir des amis
Et bien j'allume un feu
La chaleur les attire
Des insectes en manque d'âmes qui s'enivre
Je ne pouvais rêver mieux

L'horizon devant moi s'ouvre comme une voie
Vivre libre sans contraintes sans attaches
Je préfère le combat que de mourir dans tes bras
Je m'enivre et sans crainte de ce qui demain m'arrivera

Rien n'est déterminé tout reste à bousculer
Loin de me résigner je veux vivre libre

L'horizon devant moi s'ouvre comme une voie
Vivre libre sans contraintes sans attaches
Je préfère le combat que de mourir dans tes bras
Je m'enivre et sans crainte de ce qui demain m'arrivera

L'horizon devant moi s'ouvre où toi tu n'es pas
Je suis vide sans amour sans attaches
J'oublie grâce au combat comme j'étais bien dans tes bras
Je m'enivre dans la crainte de ce qui demain t'arrivera

Aucun commentaire:

Publier un commentaire