vendredi 21 octobre 2016

Ils rêvent ailleurs (Arcus, 2014)

Arcus, 2014. Composée par David d'Ascenzo, Jean-Marc Ernes, Owen Blondeel et Stéphane Monseur. Texte de Jean-Marc Ernes.

Voici, une fois n'est pas coutume, un texte plus lyrique et plus poétique qui doit se ressentir avant d'être compris... Un peu comme à l'époque d'Arkham... A croire que de travailler à nouveau avec le même guitariste m'inspire le même type d'écriture. J'y ai tout de même placer une référence aux "Libertés qu'il nous reste" qui devait être le titre du second album de D.Majiria. La compo, en ternaire, a d'ailleurs beaucoup de point commun avec celle que Gaëtan proposait.

Ailleurs Ils y croyaient les mains liées Censés prier face aux lumières et d’instinct
S’en dégager sans dire un mot Et décamper sans dévier du lointain
S’il faut subir il vaut mieux fuir Et puis grandir au-delà du choix cornélien
Et par delà les libertés Qu’ils leur restaient ils ont vécu leur destin Ils rêvent ailleurs N’est-ce pas stupide et intrépide Sauter dans le vide Pour atterrir où en somme ?
Ils ne savent pas mais ils sont là Comme des appâts Peut-être un genre qu’ils se donnent ?
Ils veulent tricher et espérer Sans dévier Ils croient suivre la même route
C’est onirique métaphysique Puis ils se quittent Mais au loin subsiste un doute Ils rêvaient ils voyaient Un ciel rougeoyant Ivre de leurs méfaits Ils rêvaient ils croyaient Sortir ivres, ardents, éclatants, Intenses et imparfait Ils aiment le hasard et Ils craignent le désespoir Leur peine accompagne leur tendre Mépris du désir de fuite
Composés de faibles et de forts Existants comme des métaphores Baladés et trompés Fidèles à eux-mêmes oubliaient Qu’ils rêvaient ils voyaient Un ciel rougeoyant Ivre de leurs méfaits
Ils rêvaient ils croyaient Sortir ivres, ardents, éclatants, Intenses et imparfait Ils oublient tout ils rêvent ailleurs Ailleurs

Aucun commentaire:

Publier un commentaire