dimanche 25 novembre 2012

Hybride (D.Majiria, 2003)

D.Majiria, 2003. Composée par Gaëtan Celi, Bruno Moës et Jean-Marc Ernes. Texte de Jean-Marc Ernes.

Hybride est le premier titre de D.Majiria composé avec Bruno. Le texte, assez étrange, parle d'un monstre hybride sans états d'âmes pour le genre humain, prêt à nous exterminés si il le faut. Le "connard de voisin" est une référence à ce qui se passe dans ma rue et ces voisins qui se disputent et se font des coups bas pour des trucs sans intérêts. Les monstres imaginaires dont nous avons peur n'incarnent-ils pas les défauts et les vices que nous sommes incapables d'assumer ? C'est la question que ce texte pose. Le titre "Hybride" fut évoquer au cours d'une conversation avec Gaëtan où nous ne savions pas trop où se situait notre style de musique.


Taillés dans une roche idéale
Des hybrides fort et de taille
C'est pour eux que je veux tracer ces lignes

De combien d'être sont-ils issus ces monstres dominants viennent d'où
Appartiennent-ils à une élite ou sont-ils complètement fous
Mélange de nos pires douleurs leur force tragique nous fait peur
Tu préférerais qu'ils meurent plutôt que de vivre dans la terreur
Ils n'ont pas besoin d'appartenir à ta caste
Ils sont fort solidaires se foutent de ta race

Ils pissent rouge sang sur tes enfants
Fils de ta race n'en reste plus trace

Hybrides tous taillés dans la pierre se foutent bien de tes misères et errent
Ils connaissent que trop bien le genre humain
Tu critique celui qui tue son frère ça ne t'empêche pas d'être pervers
Et martyriser ton connard de voisin

Le Tartare la terre des félons oui c'est bien ton monde à toi
Les hybrides vivent en marge de ça ils en souffrent plus mais pourquoi
Le Tartare la terre des félons se situe pas loin de chez moi
Chacun y vit sans le savoir n'en sort que quand ils sont là
Le Tartare la terre des félons une terre où eux n'iront pas
Ce monde cruel est pour ceux qui font souffrir les gens parfois
Le Tartare la terre des félons un jour se fermera sur toi
Coupe la main à ton voisin je ne pense pas qu'elle repoussera

Ils pissent rouge sang sur tes enfants le mot cruauté se dessinant

Aucun commentaire:

Publier un commentaire